.......

La basse côte Guinéenne, pays Sousou, a une végétation luxuriante qui rappelle la casamance voisine.
Le village de Tayiré, situé à 1h30 de Conakry, se trouve au bord d'une rizière.


Coincée entre terre et mer,la rizière s'étend dans une zone de mangrove qui s'emplit d'eau lors de la saison des pluies.


Le village n'a ni eau courante, ni électricité, mais pourtant il y fait bon vivre.


Les femmes sous le manguier font la cuisine, palabrent ou se reposent...(n'est ce pas Délphine)

Maciré Scylla qui nous reçoit dans son village d'origine, nous présente un plat de riz .
Aliment de base des Guinéens, les cuisinière savent l'accommoder de multiples façons.


Les musiciens sont en place pour le cour de danse


sous le regard attentif d'une multitude d'enfants.


Je vous garantie que vous aurez rarement l'occasion de jouer ou danser dans un endroit aussi beau et dépaysant.


Fatou et Cadi nous émerveillent par leur talent de danseuse.


En immersion dans la vie du village, par la fenêtre de notre chambre nous gardons un contact sonore et visuel, nous assurant que cela n'est pas un rêve.


Sous couvert d'une moustiquaire, les nuits sont souvent chaudes et courtes. Les fêtes durant tard dans la nuit, et l'activité du village reprenant dés le lever du jour.


Parmi les moments forts de notre séjour, il y eut cette fête dans la plus pur tradition Sousou.


La soirée est animée par deux balafons, deux botés (avec cloches),deux djembés et une chanteuse avec porte voix.
L'extrait sonore que vous entendez est un enregistrement lors de cette soirée.


Les femmes du village viennent danser à tour de rôle, en osmose complète avec la musique, par le biais de l'échange avec le soliste.


Dans le village voisin, le jeudi matin a lieu le marché.


Vivant, coloré, animé, le marché africain a un charme dont on ne se lasse pas.


Doni apprend avec Simba Africa, le griot, à jouer du gongouma.


Forè Foté (Noir Blanc en Sousou)


Pour faire la lessive il est préférable de s'installer prés de l'unique point d'eau du village.


Après le lavage, le séchage.


Nous avons séjourné quelques jours sur la plage de Bel Air.


La plage est immense, déserte, bordée de cocotiers et par endroit de roches d'allure volcanique.


Quelques paillotes pour s'abriter du soleil.


Les nuits se font de préférence à la belle étoile pour admirer le ciel limpide d'Afrique et se laisser bercer par le bruit des vagues.


Quel bonheur de danser...


et jouer face à la mer dans le soleil couchant !


Les femmes du village voisin s'arrêtent afin de regarder les danseuses.


Sekou Camara et Naby Camara sont deux grands batteurs des ballets de Guinée.


La petite troupe des musiciens et danseuses.


Vue de la cuisine !


Le soir au coin du feu, pas besoin de guitare, les chants Sousou sont accompagnés au gongouma.






Sur la piste qui mène à Bel Air.







Une rivière bordée de cocotiers et d'un fromager.







Fabrication de notre instrument préféré chez un fabricant de Conakry.


La prochaine fois que vous tapez sur votre djembé, ayez une pensée émue pour celui qui a passé des heures à le fabriquer à la main.


Pour finir quelques images pour rendre hommage a tous les gens qui nous ont entouré durant le stage: Dah, Cadi, Fatou, Cala,Abdoulaï, Kapi, Condé, Socra......




Stéphanie entourée de Maciré, Cadi, Simba , Naby.


Claude, Denis, Cédric et Simba.


Zanlui, Doni, Simba,Claude, Cédric, Maciré, Aya, Naby, Delphine et Cadi.










Nous remercions tous ces gens qui par leur gentillesse, leur sens de l'hospitalité, leur joie de vivre..... nous ont fait vivre des moments inoubliables.
Plus qu'un simple stage nous avons eut droit à une leçon de vie.
Comme le dit Cédric, on revient forcément différent après une telle expérience.

 

Pour plus de renseignements sur le stage et ceux à venir, allez sur le site: www.djembe-fare.com